ACCUEIL   Correspondre


 Cantons (réforme Valls)

 Circonscriptions
   Un peu d'histoire
   Circ.1986 et population
   . . . . . . . . . et élus 2007
   Circonscriptions 2010

 EPCI
        

Qui doit gagner et qui doit perdre logiquement des sièges en 2012?

    Vous allez trouver ci-dessous le tableau des circonscriptions de 1986 ordonnées selon leur population et la couleur la plus simplifiée de l'élu de 2007 -- la plus simplifiée parce que le débat public n'entre pas dans le détail sur ce point précis; de surcroît, nous avons un mode de scrutin qui pousse à la bipolarisation.
    Nous sommes dans la situation de 1986... strictement inversée. À l'époque, c'était la gauche qui était handicapée, en collectionnant les circonscriptions les plus peuplées (en général de banlieue), tandis que la droite accaparait les circonscriptions les moins peuplées (parisiennes notamment). La gauche était donc sous-représentée, et la droite surreprésentée. Nous nous en scandalisions, et comme nous avions raison! (Votre serviteur en a publié l'image dans son Atlas électoral de la France.)
    L'évolution récente de la démographie française a inversé la situation; les circonscriptions aujourd'hui les plus peuplées correspondent au Midi méditerranéen, au Centre-Est et aux lointaines périphéries des villes. Ces espaces sont dans une nette majorité de cas des régions de droite. Tandis que les moins peuplées se retrouvent en majorité à gauche. La droite est donc aujourd'hui sous-représentée à l'Assemblée nationale, et la gauche surreprésentée.
    L'analyse sociologique reste à faire mais elle serait logique et pourrait tenir en peu de mots. Le tourisme de masse a occasionné partout un virage à droite. Cela commença par la Côte d'Azur, dans les années soixante-dix. Puis les municipalités du reste de la côte méditerranéenne validèrent les aménagements touristiques de masse prévus par les derniers Plans. Les gens qui en profitèrent virèrent à droite, logiquement; ceux-là votèrent simplement pour la droite traditionnelle. Ceux qui n'en profitèrent pas personnellement furent moralement très affectés de voir bouleverser leur cadre de vie; ceux-là votèrent durablement FN. Dans le Centre-Est, la tendance profonde est à la droite modérée mais les incidents répétés et graves du début des années quatre-vingt dans les banlieues à forte proportion d'immigrés ont engendré le même vote. La population du nord des Alpes, elle, s'est parfaitement accomodée de l'exploitation de l'or blanc et vire doucement mais sûrement à droite. N. Sarkozy a récupéré par des mots bien placés en 2007 une large partie des votes FN. Il s'agit d'un vote qui ne reviendra pas à gauche, contrairement à celui des ouvriers de la moitié nord de la France, car dans le sud il y a l'apport des rapatriés d'Algérie qui renforcent cette tendance.

    Vous trouverez la simulation politique sur la page "Simulation électorale" du site geoelections.free.fr. Elle traduit la surreprésentation actuelle de la gauche à l'Assemblée, en l'occurrence de 14,5 sièges (29 sièges d'avance divisés par deux bien sûr), à nombre de voix égal.
    Cela implique que tout redécoupage, dans l'état actuel des choses, rééquilibre les proportions d'élus au bénéfice de la droite, comme le rééquilibrage au profit de la gauche était inéluctable en 1986...

    Commençons par les circonscriptions les plus peuplées dans les départements devant gagner des sièges, au prorata du nombre de sièges nouveaux évidemment (1 en général, parfois 2).
Circonscription Population
2004-2008
Rang élu 2007 (élu)
(étiquette Le Monde)

Var, 6e
Haute-Garonne, 5e
Haute-Garonne, 6e
Val-d'Oise, 2e
Mayotte, 1re
Seine-et-Marne, 8e
Réunion, 3e
Hérault, 4e
Hérault, 3e
Seine-et-Marne, 9e
Réunion, 2e
Ille-et-Vilaine, 5e
Gard, 2e
Vaucluse, 2e
Ain, 4e
Savoie, 1re
Isère, 6e
Gironde, 8e
Polynésie fr., 1re
Haute-Savoie, 4e
Loiret, 4e
Guadeloupe, 3e

213421
202516
201594
196069
186452
185835
182270
178754
171483
171477
170488
169337
162837
162393
157561
153718
152304
151193
149377
147455
134870
123407

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
15
16
20
25
27
30
34
38
71
137

Droite
Gauche
Gauche
Droite
divers
Droite
Droite
Droite
Droite
Droite
Gauche
Droite
Droite
Droite
Droite
Droite
Droite
Droite
Droite
Droite
Droite
Gauche

(J. Pons, UMP)
(F. Imbert, PS)
(M. Iborra, PS)
(A. Poniatowski, UMP)
(A. Aly, div)
(Ch. Brunel, UMP)
(D. Robert, UMP)
(R. Lecou, UMP)
(J.-P. Grand, UMP)
(G. Geoffroy, UMP)
(H. Bello, app PC)
(P. Méhaignerie, UMP)
(É. Mourrut, UMP)
(J.-C. Bouchet, UMP)
(M. Voisin, UMP)
(D. Dord, UMP)
(A. Moyne-Bressand, UMP)
(M.-H. des Esgaulx, UMP)
(M. Buillard, UMP)
(C. Birraux, UMP)
(J.-P. Door, UMP)
(J. Marc, div G)

    On le voit mieux maintenant: la droite ne peut que gagner davantage de sièges à travers les quelques 22 créations, dans la mesure où quasiment toutes les circonscriptions destinées à donner naissance à une nouvelle sont de droite.
    Et maintenant examinons les circonscriptions les moins peuplées dans les départements devant perdre des sièges.
Circonscription Population
2004-2008
Rang élu 2007 (élu)
(étiquette Le Monde)

Seine-St-Denis, 4e
Haut-Rhin, 5e
Manche, 4e
Nord, 14e
Meurthe-et-Mos., 3e
Moselle, 4e
Pas-de-Calais, 8e
Nord, 24e
Nord, 13e
Val-de-Marne, 7e
Pas-de-Calais, 5e
Haute-Vienne, 1re
Somme, 3e
Loire, 2e
Marne, 5e
Puy-de-Dôme, 5e
Seine-Maritime, 8e
Charente, 2e
Seine-Maritime, 7e
Saône-et-Loire, 4e
Paris, 14e
Deux-Sèvres, 3e
Allier, 1re
Paris, 3e
Paris, 15e
Tarn, 1re
Hautes-Pyrénées, 1re
Indre, 3e
Haute-Saône, 3e
Nièvre, 3e
Corrèze, 3e
Creuse, 2e
Lozère, 2e

96382
95247
94940
93976
93948
92754
91269
90015
89506
89381
87186
86420
85309
84365
84258
84129
83810
83728
82596
80578
80456
79389
76413
75308
73464
73169
72365
70907
66244
65683
64944
58793
35794

441
450
455
461
462
474
484
487
492
494
510
515
521
524
525
526
527
529
533
538
539
544
551
553
555
556
558
560
567
569
570
572
575

Gauche
Droite
Droite
Droite
Droite
Droite
Gauche
Gauche
Gauche
Droite
Gauche
Gauche
Droite
Gauche
Droite
Gauche
Gauche
Gauche
Droite
Gauche
Droite
Droite
Gauche
Droite
Droite
Gauche
Gauche
Gauche
Droite
Gauche
Droite
Droite
Droite

(M.-G. Buffet, PC)
(A. Grosskost, UMP)
(C. Gatignol, UMP)
(J.-P. Decool, UMP diss)
(V. Rosso-Debord, UMP)
(A. Marty, UMP)
(M. Lefait, PS)
(J.-L. Perat, PS)
(M. Delebarre, PS)
(M.-A. Montchamp, UMP)
(F. Cuvillier, PS)
(M. Boulestin, PS)
(J. Bignon, UMP)
(J.-L. Gagnaire, PS)
(Ch. de Courson, PSLE)
(A. Chassaigne, PC)
(D. Paul, PC)
(M.-L. Reynaud, PS)
(J.-Y. Besselat, UMP)
(D. Mathus, PS)
(C. Goasguen, UMP)
(J.-M. Morisset, UMP)
(G. Chambefort, PS diss)
(M. Aurillac, UMP)
(B. Debré, UMP)
(J. Valax, PS)
(P. Forgues, PS)
(J.-P. Chanteguet, PS)
(M. Raison, UMP)
(C. Paul, PS)
(J.-P. Dupont, UMP)
(J. Auclair, UMP)
(P. Morel-A-L'Huissier, UMP)

    Remarque: il y a 11 circ. de moins dans cette seconde liste puisqu'il y a création de 11 sièges pour le Français de l'étranger sans augmentation globale du nombre de sièges
    Les choses apparaissent parfaitement: alors que les circ. trop peuplées sont destinées à donner naissance à de nouvelles circ. de droite parce que presque toutes à droite, les moins peuplées sont destinées à faire perdre à la gauche de nombreux sièges puisqu'elles sont en majorité de gauche (et elles le seraient davantage et feraient donc perdre encore plus de sièges à la gauche s'il s'agissait d'un scrutin moins favorable à la droite).